Bref historique de la relation d’aide

Avant 1970, nous retrouvions la psychanalyse développée par Freud. La psychanalyse est une analyse psychologique de la personne. Elle est plutôt centrée sur la maladie, la pathologie. Elle est basée plus sur un aspect rationnel. Elle est centrée sur la parole, l’échange verbal. Le client parle pour guérir. Comprendre pour changer.  La médecine tente de réduire la maladie selon le système de cause à effet : réduire l’agent extérieur (microbe, carence, agression, hérédité) qui ont causé la maladie. Les premières psychothérapies selon la psychanalyse sont construites sur le modèle médical et sont centrées sur la psychopathologie (le problème ou les complexes ont remplacé les symptômes).

Symptôme – diagnostic – traitement.

Les rencontres en psychanalyse consistent à soigner la cause pour réduire les effets que sont les symptômes et la maladie. À travers les symptômes, on arrive à un diagnostic. L’avant garde de cette orientation est le DSM4 qui regroupe une classification internationale des maladies mentales. Cette classification est importante pour effectuer les recherches et administrer les médicaments.

Après 1970, vient le courant des thérapies dites humanistes centrées sur le changement de vie. Il faut changer pour comprendre. Elle a moins l’objectif de soigner ou de guérir une maladie, que de permettre de développer ses potentialités, enrichir sa vie, son expérience, améliorer ses relations, les rendre plus harmonieuses.

On y retrouve des nouvelles approches telles que :

  • ~La non-directivité de Carl Rogers
  • ~La gestalt-thérapie de Friedrich Perls
  • ~Le travail en groupe (dynamique de groupe)
  • ~Le psychodrame
  • ~Les thérapies corporelles comme le Core Energetics ou la bioénergie (Pierrakos/Lowen) = font intervenir le corps comme support de changement.
  • ~L’analyse transactionnelle de Eric Berne
  • ~La programmation neurolinguistique de Jong Grinder et Richard Bandler
  • ~La thérapie transpersonnelle de Stanilas Grof
  • ~Le rebirth
  • ~L’analyse primale
  • ~La sophrologie

Ces thérapies sont basées sur des notions de croissance, d’expérience, de rencontre avec l’autre, d’authenticité.

‘’Ce n’est pas le thérapeute qui guérit, c’est la relation qui guérit. C’est la relation établie entre un client et son thérapeute qui mène à la guérison. La qualité de la relation client-thérapeute est d’une importance particulière en médecine naturelle car une grande partie des thérapies fait appel à des réformes du style de vie (alimentation, exercice, réduction du stress) qui réclament un engagement personnel de la part du client et qui sont facilités par un partenariat étroit client-thérapeute.’’        J.R. Millenson

La relation d’aide consiste à rectifier les fausses identifications. Les bonnes identifications favorisent la santé. Les bonnes identifications sont celles qui permettent de réaliser pleinement les buts de l’individu et de l’environnement. Les mauvaise identifications sont celle qui retardent la croissance de l’individu, s’opposent à ses projets, ont un effet nocif sur l’entourage ou l’environnement.

La relation d’aide aidera l’individu à trouver l’équilibre en lui–même et le reste du monde pour qu’il retrouve ses limites.

Le véritable objectif d’une démarche en relation d’aide est de nous aider à atteindre l’accomplissement, la connaissance de soi, l’indépendance et l’autonomie. Même si une personne semble prise dans ses schémas répétitifs, elle peut rompre avec ses vieilles habitudes par le travail sur soi. Les gens répètent sans cesse des comportements voués à l’échec qui ne leur apporteront aucune satisfaction.

Le thérapeute de par sa disponibilité, son ouverture, son empathie, sa capacité à reconnaître son client, favoriseront l’accompagnement et l’autoguérison.

Que veut dire être nous même ?

Tel est le but d’une démarche de consultation en relation d’aide….

John Pierrakos, fondateur du Core Energetics et sa femme Eva.